Italie

Les Pouilles, tout ce qu’il faut savoir avant votre voyage

04/08/19 / 5 Comments

Pourquoi les Pouilles?

Première chose à savoir avant de partir : si vous y mettez les pieds, vous ne voudrez plus rentrer ! Les Pouilles, c’est le talon de la botte de l’Italie et sur place, une explosion de culture, gastronomie, histoire et paysages à couper le souffle. Une grande partie de la région bénéficie de parcs naturels, couverts d’olivier vieux de plusieurs millénaires, et où se cachent des masseria historiques, et la région est relativement préservée du tourisme de masse. Comme l’ont dit des amis locaux: « il ne faut pas dire de venir ici ! Il faut dire qu’il y a des voleurs, des serpents, que c’est très aride« . Tout simplement parce que chaque personne qui met les pieds dans cette région, tombe directement amoureuse.

Les Pouilles se divisent en plusieurs régions : Bari, Brindisi, Tarente, Lecce (ou le Salento), Andria et Foggia. Pour notre part, mon compagnon étant originaire du Salento, nous avons toujours concentrés nos voyages dans cette région, bien que nous ayons aussi fait la région de Brindisi et de Bari. Le Salento n’est que très peu touristique, la masse des touristes reste à proximité des aéroports de Bari et Brindisi, et l’économie touristique s’est plutôt développée dans ces régions. Le Salento est donc assez préservé, et très italien. Si vous ne parlez pas italien, c’est d’ailleurs compliqué de vous faire comprendre dans la région, bien que les hotels et restaurants parlent de plus en plus anglais. La région de Bari est quant à elle beaucoup plus touristique bien que toujours magnifique, ce qui fait que les prix sont également plus élevés dans cette partie des Pouilles.

Si vous planifiez un voyage dans les Pouilles, prévoyez du temps ! Il ne faut clairement pas se cantonner à une ville ou à une région, il faut bouger de ville en ville, sans y rester plus de deux ou trois jours, et faire un grand tour tellement il y a de belles choses à voir. Je dirais que pour avoir un premier bon aperçu des Pouilles il faut partir au minimum 10 jours, 15 étant l’idéal.

les-pouilles-city-guide

Un peu d’histoire

Les Pouilles ont tout d’abord connu une période grecque dans l’antiquité, avant que la régions ne soit envahie par les romains quelques siècles avant JC. Les latins développèrent la région pendant plusieurs centaines d’années. La chute de l’empire romain entraina pour les Pouilles une succession d’invasions et de guerre, et la région tomba notamment sous l’emprise byzantine avant de passer aux mains des normands ce qui nota le début de la période féodale pour la région.

Un rapide aperçu de l’histoire de la région, mais pourquoi est-ce que je vous raconte tout cela? Tout simplement parce que dans les Pouilles, les vestiges de cette histoire complexe se ressentent énormément au niveau architectural. Tantôt vous admirerez les bâtiments blancs d’un village aux allures grecques, tantôt un palais turc et tantôt vous apprécierez les rues sinueuses d’une ville latine. Cette diversité architecturale rend les visites super intéressantes et donne vraiment envie d’en apprendre plus sur le passé de la région.

les-pouilles-city-guide

Se déplacer dans les Pouilles

Pour arriver dans les Pouilles, il y a deux aéroports : Bari et Brindisi. Les deux ne sont pas forts éloignés l’un de l’autre (une grosse heure de route) donc choisissez surtout vos vols en fonction des prix et pas de l’un ou de l’autre. Pour avoir voyagé via les deux, je dirais que les vols vers Brindisi sont en général moins cher. Le plus simple et économique est de voler avec ryanair. En période de grandes vacances, le prix des billets grimpent assez vite mais en vous y prenant à l’avance vous pouvez avoir des bons deals. J’ai payé 150€ la première fois que j’ai été, mais 500€ cette année en réservant la veille de notre départ (ce qui fait très mal pour un vol ryanair).

Une fois arrivés sur place, le plus simple est de louer une voiture. Mais attention à l’arnaque! L’année dernière nous avons été fortement arnaqués par Sixt à l’aéroport de Bari. Notre voiture n’était pas disponible, sois-disant on en avait une de même gabarit pour le même prix alors qu’en réalité on avait un coffre 2 fois plus petits et que donc nos valises ne rentraient pas dedans. Ils nous ont également dit que les assurances prises sur le site de Ryanair n’étaient pas suffisantes, et qu’il en fallait en plus … Nous nous sommes donc retrouvés à payer 1200€ pour 10 jours de locations. Et l’histoire n’est pas finie, puisque en rentrant, je remarque qu’on m’a débité encore 100€ en plus. 6 mois plus tard… ceux-ci m’ont encore débité plusieurs fois 62€. Impossible de joindre quelqu’un sur place pour exiger une explication ou avoir des justificatifs.

Cette année tout s’est bien passé. Nous avons loué la voiture à une autre compagnie (Luxauto), et nous n’avons pris aucune assurance au moment de la réservation en ligne. Sur place, on nous a proposé des assurances supplémentaires qu’on a refusé (celles-ci ne suffisent qu’à diminuer la franchise de 2500 à 1500€ et l’assurance coute 600€… le calcul est vite fait). Nous avons donc payé 470€ pour 13 jours et nous avons eu un modèle de voiture plus gros que prévu. A voir si dans 6 mois on ne me débite pas à nouveau ma carte, je vous tiendrais au courant !

Bien évidemment circuler en en Italie n’est pas de tout repos et la conduite des italiens est assez originale. Le mieux est de ne pas se stresser et d’être très vigilant. Par exemple, les bandes d’entrée sur les autoroutes sont très très courtes ce qui rend parfois compliquée l’insertion dans la circulation. Soyez donc prudents !

Faites également attention que certains centre-ville sont interdits d’accès aux voitures, mais ce n’est pas toujours bien affiché ou barré. Il y a des caméras qui vont prendre en photo la plaque de votre voiture, voir que vous n’êtes pas un riverain et ça risque de vous couter très cher en amende. Renseignez-vous donc bien avant de partir pour une ville sur les endroits où vous êtes autorisés à vous parquer. En général, les bandes au sol jaunes sont réservées aux riverains, les bandes bleues délimitent les zones payantes, les bandes blanches permettent à tous de se garer gratuitement, et un panneau indique quand vous rentrez dans la zone riverain.

Il existe également bien évidemment des bus mais je ne les ai jamais empruntés donc je ne saurais pas vous renseigner correctement sur ce sujet.

les-pouilles-city-guide

Budget à prévoir pour un voyage dans les Pouilles

Les Pouilles, c’est une destination qui peut autant se faire en mode grand luxe, que low budget. Il y a autant de magnifiques hotels hors de prix, que de sublimes Airbnb et bed and breakfast à des prix beaucoup plus avantageux. Dans cette destination, tout type de profil s’y retrouve.

Niveau prix des activités, de la nourriture etc… la région de Bari a tendance à être plus chère que le Salento. Là où votre repas vous coute 20€ pour deux dans le salento, il vous en coutera 30 dans le nord, ce qui reste bien évidemment tout à fait accessible. Comme je vous le disais, la région de Bari est beaucoup plus touristique, les prix augmentent donc en conséquence.

les-pouilles-city-guide

Les spécialités locales

Quelques spécialités à absolument tester dans la région :

  • Les pittule salentine : spécialité du Salento, ce sont de petites galettes frites, avec à l’intérieur soit du poisson, de la viande,  des légumes… et parfois rien du tout et c’est tout aussi bon ! Elles sont normalement servies pendant les fêtes mais vous pouvez en trouver presque partout comme anti-pasti.
  • Les panzzerotti : spécialité de Bari, ce sont des chaussons de pâtes à pizza farcis de diverses manières. Ca rappelle un peu une pizza calzone en miniature sauf que c’est frit et non cuit au four, et à nouveau c’est un pur délice ! A tester absolument.
  • Les olives : vous ne pouvez pas passer à coté des merveilleuses olives que la région propose. Gros coup de coeur pour les « candite« , des olives que l’on a pu déguster près de Santa Cesarea Terme, qui sont assez sucrées, de véritables petits bonbons que nous avons d’ailleurs mangé en dessert (vous pouvez en acheter au marché du samedi matin à Maglie). Bien sur on ne parle même pas des huiles d’olives, toutes plues incroyables les unes que les autres.
  • La burrata : je peux vous assurer qu’une fois que vous aurez gouté à la burrata de la région vous ne pourrez plus jamais en apprécier ailleurs ! Ce n’est pas un mythe, elle est divine.
  • Les orecchiette : le type de pâtes que vous mangerez à toutes les sauces dans la région !
  • Les cime di rape : je ne sais pas trop comment traduire en français ce légume, personne n’a su me donner le nom en français! C’est entre les brocolis et les épinards et souvent ils le proposent avec les orecchiette. Ça a un gout assez prononcé, personnellement je n’aime pas trop mais c’est à tester aussi dans la région !
  • Les taralli : on vous en proposera toujours au moment de l’apéro. Ce sont de petits biscuits salés en forme de bagues assez épais, à déguster avec un petit verre avant le repas.

Au niveau des vins :

  • Les primitivo di Manduria : Très rond, légèrement prononcé, c’est pour moi le meilleur vin rouge de la région. Coup de coeur ultime pour le San Marzano Anniversero 62.
  • Les negroamaro : plus fruité que les primitivo, les vins negroamaro sont également délicieux. Coup de coeur pour le Paleo Leo.
  • Les locorotondo : si vous êtes amateur de vin blanc sec, ce vin blanc de la région des trulli est délicieux.

Les villes à ne pas manquer

Je ferai un article détaillé par ville dans les semaines qui suivent mais voilà déjà un aperçu global des villes à ne pas manquer lors d’un séjour dans les Pouilles. Les bonnes adresses ne figurent pas dans cet article mais vous pouvez les retrouver déjà sur mon mapstr (@milkywaysblueyes) en attendant que je finisse les articles des villes respectives.

Pour rappel, les italiens ont un rythme de vie différent du notre. Ils se lèvent à 5h du matin, et font la sieste de 13h à 17h. Du coup, si vous allez visiter une ville l’après-midi, vous la trouverez souvent déserte et la plupart des magasins et restaurants seront fermés. Je vous conseille donc de prévoir vos visites en fin de journée ou le matin. Pour ma part j’aime aller dans les villes déjà à 16h30/17h parce que celles-ci sont encore vides et c’est très agréable. Après, vers 18h30 on peut aller prendre un petit apéro avant d’aller diner plus tard (les restaurants n’ouvrent d’ailleurs pas avant 19h30/20h).

Région de Bari et Brindisi : pour les villes de cette région je dirais qu’une journée suffit pour les visiter. Je vous conseille de dormir à la campagne dans un trullo, bâtiment typique de la région, et de prendre la route chaque jour en fin de journée pour découvrir une ville et manger un bout le soir. Vous pouvez aussi passer la journée à la plage car la région regorge de plages très sympa, quoique très touristiques.

  • Ostuni : ma ville préférée de la région ! Il s’agit d’une ville toute banche, la citta bianca, perchée au sommet de 3 collines et c’est une véritable pépite. Le coeur historique de la ville regorge de petites ruelles et escaliers qui vont dans tous les sens. Au final, ne suivez pas de plans, laissez vous guider par vos sens et vous tomberez par hasards sur plein d’endroits formidables et un tas de restaurant et bars super cools.
  • Matera : Matera est une cité qui a été construite directement dans la roche calcaire de la région. Regorgeant de grottes, de palais souterrains, truffés de galeries reliant les grottes entre elles et d’escaliers complexes, cette cité millénaire a beaucoup de choses à raconter. Le spectacle est époustouflant et le site a d’ailleurs été élu capitale européenne de la culture en 2019 (il était déjà classé au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1993). Il faut savoir qu’avant d’être considérée aussi glorieusement, la ville était avant une des plus honteuse d’Italie en raison de l’extreme pauvreté de la région. Les gens vivaient en effet dans des grottes, sans eau, électricité, et sans système d’égouts. On appelle souvent la cité « Jerusalem de l’ouest », en raison de ses maisons troglodytiques et des nombreux évènements religieux qui s’y déroulent. Fêter Noel là-bas est magique. Une visite hors du temps à faire ABSOLUMENT.
  • Polignano A mare : Une fois n’est pas coutume, nous nous situons maintenant en bord de mer. Cette ville est construite à flanc des rochers de calcaire, les bâtiments plongeant directement dans l’eau mouvementée de l’adriatique. Elle est surtout célèbre pour sa crique « cala porto », coincée entre plusieurs falaises et bâtiment de la vieille ville. A nouveau se perdre dans les rues est la meilleure chose à faire ! Malheureusement déjà cette année j’ai vu la différence par rapport à l’année dernière et le flux de touriste commence à fortement augmenter.
  • Alberobello : Le célèbre village des trulli ! Les trulli sont des bâtiments typiques de la régions, qui étaient construit à la base par les fermiers dans les champs. Ils s’agissait à l’époque en réalité seulement de pierres entassées les unes sur les autres, afin de pouvoir les monter et les démonter facilement. Ces logements étaient très précaires. De nos jours la plupart ont été rénovés tout en gardant le cachet d’antan pour offrir des logements typiques aux touristes, et presque aucun n’a gardé ses fonctions d’antan. Pour ce qui est d’Alberobello, je dirais que ce n’est pas une de mes visites préférées. Même si c’est très joli, on se croirait un peu à Disneyland, il n’y a que des touristes et toutes les boutiques présentent dans le petit village sont clairement des attrape-touristes ce qui casse énormément le charme de l’endroit. Pour moi, il vaut mieux dormir à la campagne dans des trulli, et aller voir une fois Alberobello parce que c’est quand même à faire, mais quelques heures suffisent amplement.
  • Monopoli : une visite très agréable et avec beaucoup moins de touristes que dans les autres villes ! Nous nous sommes baladés un peu sans but, avons mangé un petit bout et notre visite s’est arrêtée là mais je pense qu’il y a quelques trucs sympas à visiter comme le chateau de Charles V et l’église Santa Maria l’Amalfitaine.
  • Bari : nous avons séjourné plusieurs jours à Bari lors de notre premier voyage. Nous avons beaucoup aimé cette ville surtout pour son ambiance nocturne, très animée. La journée ce n’est pas super intéressant donc nous avons principalement passé notre temps à la plage, avant de revenir en fin d’après-midi en ville pour profiter de l’ambiance. Il y a un tas de restaurants délicieux, et finir son voyage par quelques jours là pour un peu reconnecter avec l’animation d’une grande ville est une bonne idée.
  • Grottaglie : la ville de la céramique! Là vous pouvez admirer le savoir faire régional et acheter de magnifiques pièces. Nous avons fait quelques achats notamment chez Nicola Fasano (et vous pouvez d’ailleurs faire envoyer vos achats directement chez vous pour 27€).


Booking.com

Région du Salento : dans le Salento, on plonge dans l’Italie profonde et ultra typique. Il y a moins de choses à faire dans cette région beaucoup plus calme, mais la vie y est beaucoup plus authentique que dans le nord, et pour moi, c’est là qu’on mange le mieux dans les Pouilles ! La région regorge également de criques et de plages beaucoup plus calmes que dans le nord (cependant il n’y a pas beaucoup de sable dans la région, les plages sont toutes sur des rochers). Il y a énormément de spectacles naturels à voir absolument, comme la Torre Sant Andrea, avec ses rochers de calcaire dévorés par la mer, la Grotta della Poesia San Foca (il y a beaucoup d’adolescents italiens qui viennent jouer et plonger là), le canale del Ciolo, torre del orso, Marina serra di tricase (une magnifique piscine naturelle) et tellement d’autres…

  • Lecce : une ville magnifique, parfois surnommée « la Florence du Sud », et un véritable trésor méconnu des touristes. Elle regorge d’églises baroques somptueuses, construites grâce à la « pierre de Lecce », une pierre calcaire ultra malléable. La ville connait un ressort économique fulgurant au 14e siècle et de nombreux édifices sont construits dans le style baroque par les religieux et nobles de la ville. On y trouve également plusieurs vestiges de l’antiquité, dont 2 magnifiques amphitéatre romaines, et quelques vestiges du Moyen-Âge.
  • Otranto : sur la route, arrêtez vous au lac de Bauxite. Une ancienne carrière abandonnée où s’est formé un lac émeraude perdu au milieu de coline rouge sang, presque un mini canyon ! Une fois en ville, il fait bon de s’y perdre et de se laisser guider par ses pas. La ville est un peu méconnue des touristes et la visite n’en est que plus agréable (elle est tellement située au sud des Pouilles que les gens ne s’aventurent en général pas aussi loin). Il faut absolument visiter la cathédrale, où sont « exposés » dans de grandes vitrines, les squelettes des 800 martyrs d’Otrante. Lors de la domination turque, toutes les personnes refusant de renoncer à leur foi chrétienne ont été décapitées et leurs ossements ont été par la suite placés dans la cathédrale et canonisés par le pape.
  • Santa Cesarea Terme : il ne faut pas s’arrêter à l’odeur d’oeuf pourri qui règne dans une partie de la petite ville, odeur due bien évidement aux termes naturelles. Pas grand chose à faire en ville, mais on apprécie la beauté du palais turc qui surplombe la ville (malheureusement on ne peut pas le visiter, il est laissé à l’abandon) et on va passer la journée à la plage de Bagno Marino Archi, plage de nouveau perchée sur un rocher entre de belles falaises. Même si une partie de la plage est toujours accessible, le paysage est quelque peu abimé par des travaux en cours, car l’érosion faisant son travail, une partie de la falaise menace de s’écrouler. Dans le port d’à coté, à Castro, vous pouvez louer des petits bateaux sans permis pour faire le tour des criques aux alentours. Ce ne sont pas des bateaux sans permis comme chez nous, ici les bateaux que vous pouvez louer vont super vite ce qui donne l’impression de faire une véritable journée bateau (voir Nautica Red Coral Yacht Charters, 90€ la journée).
  • Galipoli : je n’ai pas trop aimé la visite. Je dirais que c’est une ville à faire si vous voulez faire la fête ! C’est joli, mais très bruyant, et un peu mal fréquenté. Mais si vous voulez faire une soirée fiesta et une journée dans des beach club bruyant, c’est the place to be !

Avec cet article, vous avez donc un premier aperçu de tout ce qu’il y a à faire dans cette région dont je suis littéralement tombée amoureuse. Cet article sera complété au fur et à mesure par d’autres articles sur chaque villes, avec les logements, bonnes adresses et tutti quanti.

les-pouilles-city-guide

 

Ce que tu pourrais aussi aimer

Commentaires

  1. Juliette
    4 mois 
    Répondre

    Merci beaucoup pour ton article, il est très complet et super intéressant. Je l’attendais avec impatience depuis ton voyage, puisque je pars dans cette région lundi prochain. Je prends note de toutes ces informations et j’ai hâte de lire les prochains articles !
    En plus, je trouve que tu écris super bien

  2. Léa RINAUDO
    4 mois 
    Répondre

    Au top, merci pour cet article ! Hâte de lire la suite 🙂

  3. Lilouuuu
    4 mois 
    Répondre

    Tu m’as donné envie d’aller visiter les Pouilles, rien que pour la bonne nourriture ! Pour le légume dont tu parlais, je pense que c’est la Blette, ça ressemble et ça à un gout assez prononcé.
    Hâte d’en voir plus !
    Bisous

  4. Justine
    4 mois 
    Répondre

    Hello Milky ! Merci pour cet article il est vachement bien écrit !
    Je me rends dans les Pouilles fin août et j’ai regardé pour louer une voiture chez Luxauto mais je ne trouve rien là dessus.. sauf pour louer en Belgique.. Peux-tu m’en dire plus ?
    Hâte en tout cas, ça donne envie tout ça !

  5. Lorraine
    4 mois 
    Répondre

    Merci pour ton article très complet, ça à l’air magnifique ! J’ai hésité à y aller en juin mais finalement ça a été l’Andalousie… la prochaine fois ce sera les pouilles !!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

Dernièrement sur Instagram